top of page

À PROPOS

L’exécution d’un vitrail, selon les techniques traditionnelles passe par de nombreuses phases :

1.L’esquisse de la maquette.

2.La réalisation du carton à l’échelle réelle (agrandissement de la maquette).

3.L’élaboration du calque, reprenant par transparence le réseau de plombs et la numérotation des pièces de verre.

4.Le Calibrage : On découpe le carton avec des ciseaux 3 lames (correspondant à l ‘épaisseur de l’âme du plomb).

5.La coupe : Les calibres ainsi obtenus, sont placés sur les feuilles de verre correspondant à la bonne teinte (indiquée sur le calque). La coupe se fait au diamant en contournant le calibre.

6.La peinture : Certaines pièces de verre, appelées pièces peintures, vont être posées sur table lumineuse. On y applique la Grisaille (oxydes de fer ou cuivre + fondant), jaunes d’argent, Jean Cousin, émaux …

7.La cuisson : Les pièces peintures sont enfournées sur un lit de plâtre déshydraté. La température nécessaire pour permettre au fondant de s’incorporer au verre est 630°.

8.Le Sertissage ou Montage au plomb : Chaque pièce de verre est encastrée dans des baguettes de plomb étiré au Laminoir. Le plomb se compose d’une âme d’épaisseur standard (1,5 mm) et de quatre ailes déterminant 2 rainures.

9.Soudure : Une fois le montage terminé, les plombs d’entourages maintiennent le travail, on vérifie les côtes du panneau, puis on applique une soudure à chaque jonction de baguette de plombs.

10.Le masticage : Afin d’assurer l’étanchéité et de rigidifier le panneau, on applique le mastic sur l’ensemble du panneau en insistant sur les plombs. Vient ensuite le nettoyage à la sciure de bois.

Les étapes : La technique du Vitrail est très ancienne et n’a guère ou peu évolué depuis le moyen-âge, époque où l’on commence à utiliser des vergettes de plomb pour enchâsser les morceaux de verre à la place des châssis de bois. Elle a connu au cours du XVIème siècle quelques évolutions. Par exemple, pour la coupe, le diamant a remplacé la tige chauffée au rouge, de même le plomb laminé s’est substitué au plomb raboté. Les cuissons sont aujourd’hui simplifiées par l’emploi de fours fonctionnant au gaz ou à l’électricité.

 Je propose dans un premier temps une maquette peinte à l’aquarelle (généralement à l’échelle 1/10) et mon savoir-faire rare aux architectes, décorateurs et particuliers. Elle permet d'avoir une première vision concrète du futur vitrail. Cette maquette peut ensuite être modifiée et adaptée en fonction des désirs du client ( différents types de verre, coloris, graphisme) mettant en œuvre vitrail traditionnel, fusing, Tiffany… ou techniques mixtes. Les vitraux peuvent être installés dans de multiples supports (fenêtres, portes, luminaires…) le choix des couleurs sera ainsi déterminé par le type d’éclairage et l’exposition de celui-ci (nord, sud..)

 

Un vitrail dans un édifice est pour moi une fantaisie musicale orchestrée par la lumière, et ses projections sur la pierre sont une symphonie qui éclate de joie. Le verre, par ses qualités intrinsèques ; la transparence, les nuances et les reflets, est le matériau qui se prêtera à ses jeux.

To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom

Bruxelles - Belgique                                    rache.ortiz@gmail.com                                   (0032) 488 599 910

bottom of page